Search

Le danger des régimes

régimeL’incorporation dans le régime, de quelques aliments qui peuvent optimiser les défenses organiques face à certains problèmes de santé est un facteur primordial, qui à chaque fois avec le temps plus estimé.

Si la médecine préventive tend à éviter l’apparition de maladies, on pourrait dire que la médecine prédictive fait pied dans les études génétiques pour identifier dans chaque personne les propensions constitutives au plus diverses formes de chaque maladie. Et à travers de cela elle cherche l’individualisation des risques potentiels que chaque personne fait face à une certaine affection.
Il y a déjà plus de 15 années que les experts situent les formes d’alimentation à la tête des facteurs de risque tumoral. En 1984 l’Institut National du Cancer aux États Unis a établi que 35% des tumeurs étaient de fait en rapport avec des facteurs alimentaires. Le premier rapport global sur le régime et le cancer, publié en 1997 par le Fonds International pour la Recherche du Cancer, ne laisse pas de doutes sur la relation très serrée existant entre cancer et régime. Un travail exhaustif élaboré par une équipe internationale de 15 scientifiques de neuf pays établi clairement que différentes modifications dans le régime peuvent réduire l’incidence globale de tumeurs entre 30 et 40%, ce qui équivaut à un chiffre parmi trois et quatre millions de cas annuels dans le monde.
Les facteurs étudiés – qui augmenteraient ou diminueraient le risque de cancer – qu’on a qualifié chacun comme étant « convaincant », « probable » ou « possible ». Ainsi, affirmer que l’ingestion de légumes abondamment réduit le risque pour les personnes les plus exposées aux cancers de bouche, pharynx, oesophage, poumon, estomac et intestins, a été qualifié de « convaincant ». Pour ceux-là avec propension à des tumeurs de poitrine, pancréas et vessie, la relation a été établie dans la catégorie « probable » et pour les cas de cancers d’ovaire, utérus et tyroïdes, comme « possible ».
Les scientifiques de l’Institut de Biosciences et Technologie de l’Université de Texas sont arrivés à la conclusion que les régimes riches en légumes, fruits de tout type, céréales et aussi de soja peuvent aider les personnes à prévoir ce qu’elles craignent tellement; le cancer de prostate, qui est actuellement la seconde cause de décès dans la population masculine.

On insiste beaucoup sur l’importance de consommer les fibres. Sont-elles réellement vitales ?
Une brochure intitulée « Guide Diététique pour les Américains », publié par le Département de d’Agriculture et de celui de la Santé et Services Sociaux des Etats-Unis offre le Conseil suivant : « Consommer des aliments riches en fibre peut réduire les symptômes du rhume, la diverticulose et plusieurs taux d’irritation intestinale « . Il convient d’ajouter qu’elle existe une grande quantité de travaux qui soutiennent la relation entre le cancer de Columbus et les régimes pauvres en fibres.
D’autres recherches ont indiqué que quelques composants de fibre solubles en eau contribuent à réduire les niveaux du cholestérol dans le sang, ce qui constitue un important facteur de prévention pour le développement d’affections cardiaques.

On parlera des avantages de l’huile d’olive quand le niveau du cholestérol est haut. Existe-t-il des certitudes scientifiques de cette croyance ?
Nous savons aujourd’hui qu’il existe deux types de cholestérol : celui qui est représenté par le lipoprotéines de basse densité (LDL) et celui constitué par les lipoprotéines de haute densité (HDL). Le premier le plus populaire est connu comme  » mauvais cholestérol « , parce qu’il se dépose dans les parois des artères, et le deuxième c’est le « bon cholestérol », parce qu’il exerce une action de balayage favorable pour le maintien d’une bonne condition des veines sanguines.
Comme est idéal de maintenir des niveaux élevés de cette seconde partie du cholestérol, l’huile d’olive – qui est très riche en acides gras monoinsaturés a un contenu important d’acide oléique – il est capable de réduire le cholestérol total et le LDL, et ceci sans affecter celui qui nous intéresse de le maintenir dans des valeurs relativement hautes, c’est-à-dire, le « bon ».
Comme il est obtenu de la pulpe du fruit de l’olive – contrairement à tous les autres qui sont dérivés des graines – cette huile a une haute teneur en vitamine E (qui exerce une fonction antioxydante) et de provitamine A (qui, entre autres activités, renforce le système immunologique).

Il existe des aliments préventifs pour les personnes enclines aux problèmes coronaires ?
Un régime incluant des nutriments qui se comportent comme des antioxydants naturels et comme tels, joue un important rôle dans la prévention de l’artériosclérose et des bouleversements cardiaques apparentés.
Sont valides les concepts exposés par rapport à la recherche de régulariser les niveaux de cholestérol et la provision en fruits dans toutes ses variétés, légumes et aliments riches en vitamines et minéraux. Les grains complets, les farines intégrales, les oeufs, le lait, les viandes, poisson et oiseaux (viandes rouges), sont des aliments particulièrement effectifs dans la prévention de ce type d’affections.

Quel régime est recommandable contre l’ostéoporose ?

Le lait écrémé est un excellent aliment pour un important apport de calcium, minéral fondamental dans la détermination de cette affection. Un verre de lait écrémé apporte 300 milligrammes de calcium, seulement 86 calories et davantage de la vitamine D, facteur qui favorise l’absorption du calcium. D’autres bonnes sources sont le yogourt, les sardines en boîte, le saumon et tous les fromages de basse teneur en graisse.

Quels aliments on recommande généralement pour des bouleversements comme les allergies et l’asthme ?
Ils sont plusieurs. L’oignon, par exemple, prévoit les allergies par son contenu de kératine. Le miel – au cas où il n’est pas filtré, pressé à froid ou n’est pas vierge – il a des propriétés anti-bactériennes (et les bactéries aggravantes de l’allergie, comme en on a déjà démontré nombreuses recherches). D’autre part, le thé, peut être un excellent dilatateur des bronches.

Le citron est reçu comme excellent aliment curatif.
Les composants du citron ne sont pas épuisés dans leurs apports reconnus de vitamine C. Il possède des acides bénéfiques qu’on recommande hautement dans l’hypertension artérielle, dans les affections qui compromettent le coeur et les veines.

Comme agent préventif de la formation de calcules vésiculaires et dans le diabète, précisément parce qu’il évite les complications artériels.

Diététique et médecine préventive.

L’alimentation peut et doit accomplir – son rôle fondamental d’assurer le meilleur état nutritionnel – un rôle très significatif dans l’indication adéquate de divers types d’aliments choisis pour chaque individu, conformément à ses nécessités particulières et basé sur ses vertus préventives de certaines pathologies.
Il existe beaucoup d’aliments qui sont en soi déjà bons pour tout le monde, tandis que d’autres s’avèrent optimaux pour différents groupes d’individus.
On ouvre aujourd’hui un nouveau chemin dans la façon de faire face à la prévention des maladies. Et ce qui est diététique occupe là une place privilégiée.