Search

Turista : comment voyager à l’étranger sans tomber malade ?

Marché de street food dans un pays exotique et tropical

S’il y a bien une chose que les voyageurs redoutent, c’est de tomber malade et de ne pas pouvoir profiter de leur séjour. Pourtant, on estime que 80% des personnes qui partent en voyage à l’étranger sont touchées par la turista. Cette infection est plus courante dans les régions tropicales ou avec un climat tempéré chaud, notamment en Amérique latine, en Afrique et en Asie du sud-est. Néanmoins, quelques précautions sanitaires suffisent pour éviter de tomber malade lors de son voyage !

La turista, c’est quoi ?

La turista, c’est l’un des nombreux noms que l’on utilise pour parler de la diarrhée du voyageur. En effet, vous pourrez rencontrer de nombreuses autres appellations : boyaux d’Aden, course du touriste ou du voyageur, danse aztèque, ventre égyptien, etc.

Derrière ces expressions un peu farfelues se trouve une affliction beaucoup moins drôle : la gastro-entérite aigüe.

En général, la turista se manifeste dès les premiers jours de votre voyage et présente les symptômes suivants :

  • Diarrhée ;
  • Fatigue ;
  • Crampes abdominales ;
  • Nausées ;
  • Etc.

Certains pensent, à tort, que la diarrhée du voyageur est due au changement climatique et à la fatigue. En réalité, il s’agit d’une infection bactérienne.

Femme qui met ses mains en coeur sur son ventre avec une fleur dans le nombril

Conseils pour échapper à la turista

Si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour ne pas tomber malade et pouvoir profiter pleinement de votre safari au Botswana par exemple, il y a quelques précautions à prendre au niveau de votre alimentation.

En effet, dans la plupart des cas, la diarrhée du voyageur est due à ce que vous avez bu ou mangé sur place. Il existe d’ailleurs une expression qui fait office de règle à respecter pour ne pas attraper la turista : « Boil it, cook it, peel it or forget it », qui se traduirait par « Le bouillir, le cuire, l’éplucher ou l’oublier ».

En ce qui concerne les boissons, veillez à ne boire que de l’eau en bouteille, en vous assurant qu’il s’agisse bien d’une bouteille neuve. Si vous vous arrêtez dans un bar ou un café, évitez de mettre des glaçons dans votre verre et si possible, préférez les boissons qui ont été bouillies (thé, café).

Les aliments crus sont un autre vecteur de la turista. Mieux vaut donc éviter les sushis (y compris lors de votre voyage au Japon), les barquettes de street food, les buffets, les crudités, etc. L’idéal est de consommer des plats encore fumants pour limiter les risques de contamination.

Nourriture de street food encore fumante dans sa casserole

Source : unsplash.com

Comment soigner la turista ?

Si malgré toutes vos précautions, vous ne parvenez pas à échapper à la turista, pas de panique. La plupart du temps, la maladie ne dure que quelques jours (3 en général). Votre état devrait ensuite s’améliorer de lui-même.

Pour accélérer votre rétablissement, pensez à bien vous hydrater en buvant beaucoup d’eau (non contaminée). Certaines personnes recommandent également de boire des sodas, mais il s’agit là d’une méthode de grand-mère.

Du côté de l’alimentation, privilégiez le riz pour contrer la diarrhée. Petit à petit, vous pourrez également consommer des bananes, des carottes ou de la compote dans le but de redonner de la consistance à vos selles.

Si au bout de 5 jours votre état ne s’améliore pas ou si vous avez du sang dans les selles et/ou de la fièvre, consultez un médecin qui pourra vous prescrire des médicaments et surveiller votre état.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *