Search

Les hydrates de carbone

 hydrates de carboneIl y a eu beaucoup de publicité durant les dernières années sur les carbohydrates ou hydrates de carbone. On a dit maintes et maintes fois que ce groupe d’aliments produit de l’énergie et réduit l’obésité et les problèmes cardiovasculaires, entre autres. Bien que nous en avons besoin et ils doivent faire partie d’une alimentation saine, il est important que nous sachions comment les utiliser, puisque un haut régime riche en carbohydrates (hydrates de carbone) peut être responsable de beaucoup de nos problèmes actuels de santé, entre autres, l’obésité, l’excès de cholestérol et triglycérides, diabète, problèmes menstruels, arthrite…

Les carbohydrates ou les hydrates de carbone se trouvent dans les fruits, végétaux, céréales et grains et leurs dérivés comme le pain, les pâtes, les farines, et, dans une certaine mesure, les légumes. Il n’y a pas de doute que nous avons besoin des carbohydrates (hydrates de carbone) pour vivre. Par exemple, le cerveau utilise le glucose des carbohydrates (hydrates de carbone) comme sa principale source d’énergie. Le corps se dépense pour garder le glucose comme dans le foie et les muscles. Toutefois, les réserves dont dispose l’organisme sont limités et sont épuisés au bout de certaines heures.
Celle-ci est la raison pour laquelle il est fondamental que nous en mangions régulièrement pendant le jour. Si, au contraire, nous mangeons trop de carbohydrates (hydrates de carbone) ou ils ont un haut indice glycémique (rapidité avec laquelle le glucose des carbohydrates entre dans le sang), les réserves sont remplies bientôt et le reste de glucose qui reste en suspension dans le sang devrai se transformer en matière grasse pour être gardée. Conclusion, les carbohydrates (hydrates de carbone) nous grossissent avec plus de facilité que nous croyons.

Quand les niveaux de glucose dans le sang augmenteront, le pancréas stimule la production de l’hormone insuline, que se charge de garder le glucose à des niveaux normaux. Toutefois, il n’est pas sa seule mission : en même temps que d’équilibrer le glucose, il assure que la matière grasse gardée n’est pas brûlée. Pour cette raison, et bien que l’insuline est très importante pour nous maintenir vivants, il faut éviter de produire de grandes quantités. Sans doute, la manière la plus effective de contrôler les niveaux d’insuline est de manger des aliments avec un bas indice glycémique. Rappelons qu’à un plus grand indice glycémique, une plus grande production d’insuline.

L’indice glycémique d’un aliment dépend de divers facteurs :

S’il est composé de glucose, fructose ou galactose

Les pâtes, le pain, céréales et grains en général, fécules et végétaux se transforment en glucose, qui entre avec plus de rapidité dans le sang que le fructose (les fruits) et galactose (dans des produits laitiers). L’aliment le plus doux est généralement, a un indice glycémique plus haut.
Par exemple, des aliments avec un indice glycémique haut sont :
• Sucre, miel et glucose.
• Fruits secs.
• Platanes, raisins, figues et melon.
• Pommes de terre, betterave, pois, maïs, navets et carottes cuisinées.
• Pain blanc et complet.
• Riz blanc et complet.
• Céréales raffinées ou sucrés.

La matière grasse des aliments

Celle-ci est d’importance vitale pour prévoir la production excessive d’insuline et d’activer le métabolisme. À cette matière grasse tellement nécessaire pour la santé, les acides gras essentiels sont vitaux.
Les acides gras essentiels sont trouvés principalement dans :
• Les fruits secs.
• Graines et leurs huiles.
• Poisson.

La fibre des aliments

Si on ne consomme pas ces fibres, l’assimilation dans le sang des carbohydrates (hydrates de carbone) se ralentisse.

Ainsi, selon ce que nous venons de voir, un plat à base d’avoine avec du lait de soja et des graines de sésame, courge, tournesol et toile, et une pomme, sont mieux qu’un jus de fruits et une combinaison idéale pour le contrôle du poids : ils ont un indice glycémique bas, et contiennent fibre et acides gras essentiels.

D’autre part, nous disposons d’une autre hormone produite par le pancréas, appelée glucagon, qui mobilise la matière grasse et s’impose à l’insuline. Le glucagon est stimulé avec l’ingestion de protéines (viande, poisson, oeufs, fruits secs, semences, algues, légumes avec des céréales, produits de soja et produits laitiers). Ceci ne veut pas dire que nous devions seulement manger que des protéines, puisque l’excès peut produire des niveaux élevés d’acidité dans le sang et par conséquent, une déminéralisation. L’idéal est un rapport de 2 :1 entre carbohydrates (hydrates de carbone) et protéines. Autrement dit, le riz, les végétaux, le pain, les fruits et les carbohydrates (hydrates de carbone) que nous incluons dans un repas doivent quantitativement occuper le double des protéines que nous consommons. Par exemple, un filet de poisson de la taille du main il doit être accompagné d’une salade de la taille de deux mains.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *