Search

Les édulcorants

éducolorants L’essor de ces édulcorants alimentaires est lié aux produits façon « Light » ou allégé en calories, mais rien n’est pas clair qu’ils aident à perdre du poids.

Au contraire, on a dit qu’ils augmentent l’appétit de façon anormale. Quelques auteurs affirment que les édulcorants intenses trompent l’organisme et les nutriments sont rapidement absorbés. Le corps est préparé et prédisposé à stocker ce qui arrive. La conséquence c’est l’augmentation de poids.

Souvent ils présentent une toxicité digne de considération, raison pour laquelle quelques édulcorants ont été éloignés du marché. Les édulcorants peuvent être naturels ou artificiels mais les plus utilisés, sont ceux d’origine chimique. Leur fonction la plus fréquente, est celle de sucrer des boissons rafraîchissantes.

E-420 * Sorbitol.
E-421 * Manitol.
E-953 * Isomaltitol.
E-965 * Maltitol.
E-966 * Lactitol.
E-967 * Xilitol.

Les polyols sont mal absorbés et sucrent moins que le vrai sucre. Ils ont des propriétés laxatives. Si on consomme plus de 40 g par jour ils peuvent provoquer des douleurs abdominales, ballonnements et diarrhées.

E-950 * Acisulfame potassique D’origine chimique, il a été découvert en 1967 et est 200 fois plus doux qui le sucre. Ne se métabolise pas dans l’organisme. Il est utilisé dans quelques pays européens depuis 1983 et beaucoup plus récemment en Espagne.

E-951 * Aspartame. D’origine chimique, il a été découvert en 1965 et il est utilisé depuis 1983 comme édulcorant dans beaucoup de produits de grande consommation. Dans l’organisme il est transformé en phénylalanine, acide aspartique et méthanol. Sa toxicité fait l’objet de chaudes polémiques aux Etats-Unis, où il a été accusé de provoquer des convulsions, états de virgule, tumeurs cérébrales et cécité. D’autre part, la présence en concentrations importantes de phénylalanine dans le sang est associée à un retard mental grave dans une maladie congénital connue comme la phénylcétonurie, c’est pourquoi l’Aspartame ne doit pas être consommé par les personnes qui souffrent de cette maladie.

E-952 * Acide cyclanique et ses sels de sodium et calcium. Édulcorant artificiel utilisé depuis 1950. Leurs effets ne sont pas très bien connus encore. Avec des expériences sur des animaux il a provoqué des tumeurs des ovaires, reins, peau et utérus. Chez des hommes on a dit que il interfère dans la synthèse des hormones typhoïdes et peut produire des allergies. Selon l’OMS il pourrait avoir des potentialités cancérigènes et des effets mutagènes, c’est pourquoi les cyclamates sont interdits aux Etats-Unis, le Japon, la Grande-Bretagne et la France depuis 1970. On déconseille sa consommation spécialement chez des enfants et des femmes enceintes. Il peut endommager les spermatozoïdes et les testicules.

E-954 * Saccharine et ses sels de sodium, de potassium et de calcium. Édulcorant artificiel utilisé depuis le début du XX e siècle. Aucune démonstration qui aide à perdre du poids. Des hautes doses ont provoqué le cancer de vessie chez des rats dans des expériences menées à bien durant les années soixante-dix. Cela dit, ils peuvent produire un cancer des fils et les petits-fils de quelqu’un qui les prend. Il est interdit en France et au Canada. Aux États Unis il est obligatoire de mettre sur l’étiquette des produits qui contiennent la saccharine un message d’avertissement comme : « Ce produit contient la saccharine, dont on a déterminé qu’il produit le cancer des animaux de laboratoire « ou » l’utilisation de ce produit peut être dangereuse pour la santé « .

E-957 * Tomatine. Protéine extraite d’une plante africaine. Il est 2.500 fois plus doux que le sucre. Il est utilisé au Japon depuis 1979.

E-959 * Neohesperidine DC Il est obtenu par modification chimique d’une substance présente dans l’orange amère. Il est entre 250 et 1.800 fois plus doux que le sucre. Il se dégrade en partie par l’action de la flore intestinale




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *